PSYcauses 2 de et par Josiane Pinson, mis en scène par Gil Galliot

 PSY cause(s) 2 – Attention, risque d’effet miroir !

« Elle » est toujours psy. Toujours très professionnelle… Mais au bord de la crise existentielle ! Et plus elle astique l’inconscient de ses patientes, plus le sien crie au secours ! Après PSYcause(s) joué plus de 500 fois, PSYcause(s) 2 nous invite avec humour, élégance et générosité à une nouvelle plongée dans les profondeurs de l’inconscient. Attention : risque d’effet miroir !

PSYcause(s) 2 revient à l’Archipel à partir du 13 septembre les mercredis à 21h et les samedis à 17h

PSYcauses 2 de et par Josiane Pinson

THÉÂTRE L’ARCHIPEL

17, boulevard de Strasbourg – 75010 Paris

Métro : Ligne 4, 8 et 9 Strasbourg Saint-Denis

Parkings : Gare de l’est et Sainte Apollin

LOC : 01 73 54 79 79 / BILLETTERIE@LARCHIPEL.NET / WWW.LARCHIPEL.NET

Le Mot de l’auteure interprète, Josiane Pinson

Depuis « La Quarantaine Rugissante », je m’attache à explorer l’inconscient de la psyche féminine. Dans « PSYcause(s) », je décrivais les angoisses de la femme aux abords de la cinquantaine. PSYcause(s) 2 nous la dépeint une décennie plus tard, à un moment de vie où les grands bouleversements font prendre conscience que le temps qui reste se restreint et qu’il est urgent de trouver « du sens »…

Se maintenir dans une posture sclérosante par sécurité ? Ou oser encore tout bousculer pour se donner une chance de sérénité dans la dernière ligne droite ?

Nous découvrons ou retrouvons « Elle ». Psy patentée. Et pourtant pas plus à l’abri du dérapageque n’importe lequel des mortels. Un être humain faillible. Tout simplement.

Aux prises avec son âge, ses patientes, sa mère, ses enfants, son couple, sa sexualité. Le choix du « seule en scène » me permet là encore de jouer sur « l’effet miroir » : affects et paroles parallèles de la psy et de ses patientes se croisent et se répondent pour ne devenir le portrait que d’UNE SEULE ET MÊME FEMME observée à la loupe par le prisme de ses contradictions, de ses peurs, de ses fantasmes.

Qu’elle soit fille de, mère de, seule ou accompagnée, elle symbolise la femme de tous les âges et « dans tous ses états ». Outre mon goût pour la psychologie, le parti-pris de situer la pièce dans le cabinet d’un thérapeute n’est qu’un prétexte à (se) questionner. A pointer du doigt. A nous confronter à nos propres angoisses, en alternant portraits glaçants et rire franc (ou inversement, selon le vécu et le ressenti de chacun). Avec humour. Mais aussi et surtout avec compassion.

Le Mot du metteur en scène, Gil Galliot

Pour être tout à fait honnête, ce n’est ni l’intérêt pour la psychanalyse (dont je ne suis pas féru), ni l’univers féminin (pour moi la femme est un homme comme les autres et vice versa), qui m’ont décidé à travailler sur ce projet.

Gil Galliot

C’est avant tout l’écriture de Josiane Pinson et sa démarche introspective, faite d’humour, de légèreté, d’intelligence et de vérité qui m’a convaincu. Pour le metteur en scène que je suis, mettre en forme cette polyphonie à trois voix, pour une même actrice, c’est, comme pour un chef d’orchestre, diriger un trio de musique de chambre. Au-delà de faire entendre cette pensée « à ciel ouvert », il faudra donner à voir, et offrir au spectateur une dynamique de jeu d’acteur afin qu’il n’assiste pas uniquement à un monologue.

Quoi de plus théâtral que le monde de l’inconscient ? L’Inconscient, cette vaste scène sur laquelle se jouent fantasmes, névroses ou autres pulsions…

Que nous raconte Josiane Pinson, au-delà du défilé des peurs, des douleurs et des errances de son personnage de « ELLE » ? : Elle nous dit, avec le rire du désespoir, « Qu’il y a plusieurs vies dans une vie ». Et, bien que le personnage central soit en train de perdre pied, en prenant conscience du peu de temps qui lui reste pour réaliser ses désirs, ce texte, en forme de madrigal à trois voix, devient alors celui d’une seule voix qui revendique le fait de pouvoir oser encore et encore.

Il n’est donc plus seulement question d’un voyage à travers la psyché féminine, mais bien celui de nos angoisses, de nos attentes et de nos peurs, qui font de la vie humaine, à la fois une histoire personnelle et une histoire universelle. Donner vie et corps, grâce à la scène, à cette éternelle dialectique entre l’unique et l’universel pour que chaque spectateur s’amuse de son propre miroir, tel sera mon but. Le travail de montage s’appuiera donc sur une direction d’acteur précise, un univers sonore inspirant, une scénographie sobre mais éclairante ; sans perdre la veine d’humour noir qui sous-tend ce drôle de PSYcause(s).

Mettre en scène ce texte ce sera alors, avant toute chose, tenter justement de le faire disparaître par la théâtralité qui, comme le disait justement Roland Barthes, est avant tout : « … une épaisseur de signes et de sensations qui s’édifient sur la scène à partir de l’argument écrit ».

Qui est Josiane Pinson ?

Josiane Pinson

Comédienne et auteure, Josiane Pinson écrit et joue très tôt ses propres spectacles en solo.

Férue de psychanalyse et passionnée par la complexité émotionnelle de ses contemporaines, elle s’oriente rapidement vers des thématiques « au féminin », notamment dans « La Quarantaine Rugissante » (mise en scène Jean- Paul MUEL), ou dans « PSYcause(s) » (mise en scène Daniel BERLIOUX) créé au Théâtre du Renard, et repris au Théâtre du Marais puis au Théâtre des Mathurins.

Josiane Pinson aborde une autre vision de la psyché féminine en empruntant « La femme qui frappe » à Victor Haïm (mise en scène Yves PIGNOT), créé au Théâtre Essaïon.

Elle adapte pour la scène le best-seller de son maître à penser Benoîte GROULT : « Les Vaisseaux du Coeur » (mise en scène Jean-Luc TARDIEU) qu’elle joue aux côtés de Serge RIABOUKINE au Petit Montparnasse.

Son goût pour l’éclectisme la pousse à aborder le théâtre musical avec « Que reste-t-il de l’abat-jour ? » (mise en scène Caroline CLERC) au Théâtre de Dix Heures, sur des textes de Serge Gainsbourg, Ricet Barrier, Francis Blanche ou Bobby Lapointe, et à mettre en scène une autre femme dans « Autopsy de petits crimes innocents » de Gérald GRUHN.

Parallèlement, elle tourne pour la télévision avec une vingtaine de réalisateurs, dont Aline ISSERMANN, Claude-Michel ROME, Joyce BUNUEL ou Laurence KATRIAN, et pour le cinéma avec, entre autres, Georges LAUTNER, Vincent GARENQ ou Carlo CONTI.

Quand on ne la voit pas, elle prête sa voix à de nombreuses actrices américaines et commente de passionnants documentaires pour ARTE ou La Cinq.

Avec « PSYcause(s) 2 », elle crée son 7ème « seule en scène».

Site officiel de Josiane Pinson
https://josianepinson.jimdo.com/

Qui est Gil Galliot ?

Après une formation au Cours Dullin et parallèlement une maîtrise à l’Institut d’études théâtrales de la Sorbonne-Nouvelle (Paris III), Gil Galliot entame son parcours de comédien avec la Troupe de l’unité, compagnie avec laquelle il joue dans une dizaine de spectacles classiques et modernes, notamment durant trois saisons dans le spectacle à succès : Shakespeare le défi ! à la Comédie de Paris, au Palais des Glaces puis en tournée (plus de 650 représentations), Ne nous quitte pas ! qu’il écrit et met en scène (Théâtre-Tristant Bernard et Théâtre des Mathurins) ainsi que L’Inspecteur Whaff de Tom Stoppard, mise en scène de Jean-Luc Revol. Tout dernièrement, il joue dans Open Space, mise en scène de Mathilda May, créé au Théâtre du Rond-Point et repris au Théâtre de Paris.

Gil Galliot mène parallèlement une activité de metteur en scène et d’auteur. Polyvalent, il signe une soixantaine de mises en scène tant dans le théâtre public avec sa compagnie (Molière, Marivaux, Kafka, Slawomir Mrozek, Wolfgang Borchert, George Orwell, Marcel Aymé, Christian Bobin) que dans le théâtre privé avec : Rufus, Bernard Fresson, Alex Métayer, Smaïn, Anne Roumanoff, Éric Métayer, Sophia Aram, Patrick Bosso, Dau et Catella, Pascal Légitimus et Mathilda May (Plus si affinités), Régis Mailhot, Vincent Rocca.

Il met en scène également d’autres formes de spectacles : sous chapiteau et à Bercy (Marco Polo, Le Roi Singe avec l’Opéra de Pékin, Le Magicien d’Oz…), du théâtre de rue (Viva II Cinema, Chienne de Vie, Gueules de Bois, Et Dieu créa…la Rue…), du théâtre musical (Capitaine Fracasse, Je m’appelle Erik Satie, Les Bouskidóus), du théâtre chorégraphié (Amériques, Contrepied avec la Cie Black Blanc Beur, La Venta Quemada Flamenco), de l’opéra (La Flûte enchantée de Wolfgang Amadeus Mozart, Carmen de Georges Bizet).

Il met en scène le spectacle musical présenté au Sentier des Halles et au festival d’Avignon off 2013 : Les Fils Monkey (spectacle musical pour deux batteurs).

Au cinéma, il tient le rôle de Professeur Choron dans le film Coluche – L’Histoire d’un mec (réalisation Antoine de Caunes) et joue à la télévision dans le Livre VI de Kamelott (M6, réalisation Alexandre Astier).

Comme auteur, il signe de nombreuses adaptations pour la scène et la télévision. Il est également directeur artistique et directeur d’acteurs sur de nombreux programmes pour TF1, France 2, M6, France 3, Paris-Première, Comédie. Il est co- fondateur de la ligue d’Improvisation Française et membre du Cercle des Menteurs.

Gil Galliot

PSYcause(s) 2 au Théâtre de l’Archipel : 17 boulevard de Strasbourg, 75010 Paris

Réservations / billetterie au 01 73 54 79 79 ou www.larchipel.net 

QUAND ? à partir du 13 septembre 2017 : les mercredis à 21h et les samedis à 17h

Avez-vous aimé ? Votez !

4 votes
Vote Positif Vote Négatif

Total votes: 6

Votes : 5

Pourcentage des votes : 83.333333%

Votes Négatifs : 1

Pourcentage des Votes Négatifs : 16.666667%

Votre Communiqué de Presse sur PetitBuzz ? Salle de Rédaction

Par Charles pestel

Vous êtes rédacteur ou rédactrice, community manager, Youtuber, journaliste, chargé(e) de presse, RP professionnel(le), CRM, blogueur ou blogueuse .. ? Contactez-moi. Echange publicité contre produit !